Informations œuvre
  • Dates de représentation 02/02/2016
  • Source Le Générateur
  • Artistes Éléonore Didier
Note d’intention

Plutôt que de travailler le corps que j’ai, je tente d’explorer le corps que je suis. Il s’agit de développer une façon d’être là, présente au soi et aux autres. D’ailleurs, si Colaboratoire continental est une pièce, c’est aussi une façon d’être présente

  • Éléonore Didier

L’artiste expérimente et interroge ici la notion de performance en composant une spatialité subtile et tridimensionnelle qui englobe le corps du spectateur. C’est en l’espace interne et sensible du spectateur lui-même que l’œuvre a lieu. Cette pièce singulière est conçue comme un moment de transmission d’une personne à une autre. Ce qui s’y passe est en partie innommable et relève du secret. Il ne s’agit plus d’un mode de jeu traditionnel devant un public.
Colaboratoire continental œuvre dans le cadre d’une relation entre deux individus, dans laquelle l’artiste prend en compte chaque spectateur. L’expérience pour le spectateur est à la fois intime et tout à fait inédite. Un temps d’échange avec l’artiste est proposé après chaque performance.

Notice de l’œuvre

La performance se déroule dans les murs du Générateur et son accès se fait sur inscription.
Éléonore Didier, seule dans la salle, invite un spectateur à s’asseoir sur une chaise. Elle l’invite ensuite à se bander les yeux. Dès lors, ses seuls repères ne sont que la voix d’Éléonore Didier et le bruit de ses mouvements et déplacements dans l’espace, autour du spectateur assis et immobile. Sa voix progressivement perd en intensité et devient chuchotement. Elle fait glisser ensuite délicatement une orange dans ses mains. Elle l’épluche avec lenteur et fait sentir les odeurs de cet agrume. L’artiste sollicite ensuite l’ouïe en mangeant le fruit près des oreilles du spectateur.
À la fin de la performance, après avoir ouvert les yeux, le spectateur est invité par l’artiste à décrire son expérience. C’est bien dans l’espace interne et sensible du spectateur lui-même que l’oeuvre a eu lieu.

En images
Image 01/17
Précédent
Suivant
Informations images
  • Nombre d’images sélectionnées pour Performance Sources 17
  • Crédits photographes Bernard Bousquet
  • Dates des prises de vues 02/02/2016
Contactez-nous pour accéder à l’ensemble des documents
Découvrir l’artiste
  • Nombre d’œuvres dans le fonds 9
Éléonore Didier est chorégraphe et performeuse. Son travail se situe à la lisière des champs chorégraphiques et plastiques. Elle débute comme chorégraphe et auteure à Lisbonne en 2000 et a été danseuse interprète avec des artistes varié·e·s comme Bob Wilson, Carlota Ikeda, Pierre Droulers. Depuis janvier 2014, s’intéressant particulièrement au pouvoir transformateur de la méditation, Eléonore a fait le vœu de s’occuper à ne rien faire et de travailler à prendre le temps. Elle enseigne également le yoga. Éléonore Didier est en compagnonnage artistique avec le Générateur depuis plusieurs années, elle y a créé avec Lila Derridj Géographies (ou classroom) ainsi que le Bal yogique en réponse à l’invitation d’Alberto Sorbelli à son Bal rêvé. Elle y a représenté plusieurs autres …
Les œuvres de Éléonore Didier
Oct. 2018
Cette performance d’une durée d’une heure plonge le public dans le noir dès son entrée dans la salle. Sur le côté droit de l’espace du Générateur, un petit plateau surélevé apparaît, sur le bord …
Œuvre collective
Mars 2017 – Févr. 2018
La performance dure environ cinquante minutes. Dans la grande salle du Générateur, les spectateur·rice·s s’installent debout le long des murs car nul ne sait encore où la performance va avoir lieu. …
Œuvre collective
Oct. 2016
Chaque artiste propose un numéro d’une quinzaine de minutes, mêlant arts visuels, mais aussi cabaret, théâtre, danse ou chant. Des intermèdes musicaux s’intercalent tous les trois ou quatre numéros. …
Oct. 2015
Allongée sur un matelas en mousse devant la porte d’entrée, Éléonore Didier oblige les spectateur·rices à l’enjamber dès qu’il·elles veulent entrer dans la salle.