Informations œuvre
  • Dates de représentation 13/10/2018 (Le Générateur)
  • Source Le Générateur
  • Artistes Éléonore Didier
  • Artistes invité·e·s Florence Casanave, Lila Derridj, Anne Dreyfus, Cyril Leclerc
  • Création lumière Cyril Leclerc
  • Chant
  • Méditants
Informations évènement
Note d’intention

Cette dame est coincée dans l’ascenseur à frémir entre les planètes. Qu’est-ce qui lui reste à faire? Devenue panthère dans la jungle, le corps tonique et souple, elle va se discipliner. Intérioriser frémissements, bruissements. Opérer une coupure définitive avec le passé. Vivre ce temps du présent intemporel. Laisser enfin rayonner en elle l’énergie originelle… Rapproche toi pour mieux voir. Rapproche-toi.”

  • Éléonore Didier

Cette performance immersive travaille le “voir” dans un rapport étroit entre l’infiniment petit et l’infiniment grand, entre lumière et obscurité, entre visible et invisible, entre mouvement et immobilité. C’est aussi une manière de relier la méditation, la danse et la performance.
La présence des personnes en méditation - immobiles et en silence, crée une continuité de temps et d’espace, pendant qu’autour ça s’agite, s’affaire, se cherche et se palpe. Ces deux plans si différents de la performance et qui pourtant cohabitent, créent un trouble sur ce qui fait réalité. L’image de ces méditants suggère que l’activité performative autour d’eux est peut-être le fruit de leur esprit.
D’ailleurs, si l’on regarde bien, le nombre de six performeurs répond au nombre de six méditants…

Notice de l’œuvre

Cette performance d’une durée d’une heure plonge le public dans le noir dès son entrée dans la salle.
Sur le côté droit de l’espace du Générateur, un petit plateau surélevé apparaît, sur le bord duquel sont installé·e·s plusieurs personnes assises et immobiles pendant toute la durée de la performance. Ils·elles méditent. Des petites sculptures lumineuses de papier sont suspendues devant leur front. Elles éclairent leurs visages impassibles, paysages d’ombres et de lumières.
Le chant de Séraphine Allouard résonne dans l’espace. C’est un chant primal, notamment emprunt de son enfance vietnamienne, une improvisation sonore puissante et plastique. Une lumière bleutée fait apparaître sa bouche comme une cavité, dans le noir de l’espace infini.
Petit à petit on découvre d’autres petits points lumineux éclairant des fragments de corps qui s’animent. Le public découvre les performeur·se·s disséminé·e·s, seul·e·s dans l’espace, plus ou moins dénudé·e·s. Dans les creux de leurs corps (coude, genoux, aisselle…) sont cachées des mini leds bleues. Dans leurs gestes et mouvements dansés, ces lumières disparaissent et se révèlent successivement. Ils se cherchent.
Pendant que les performeur·se·s se cherchent, Cyril Leclerc, performeur et créateur lumière de la pièce, rejoint la chanteuse allongée au sol. Il vient délicatement placer sur son ventre une flamme, qui va danser au rythme créé par sa respiration chantée.
Peu à peu, les performeur·se·s se rejoignent doucement. Enfin ensemble, ils improvisent une danse collective, presque sauvage. L’obscurité et le silence font place à un espace ouvert, créé par un gros projecteur et de la musique techno. L’énergie au plateau monte crescendo, jusqu’au moment où, à une heure précise du début du spectacle, un black out (lumière et son) coupe dans le vif de la performance et y met fin.
Tout au long de la performance, le public est invité à se déplacer librement dans l’espace, au gré des images qui se construisent sous ses yeux, ou de la nécessité parfois de s’en rapprocher.

Artistes invité·es : Séraphine Allouard, Florence Casanave, Lila Derridj, Anne Dreyfus, Delphine Gildé, Cyril Leclerc.
Création lumière : Cyril Leclerc
Chant : Séraphine Allouard
Méditants : Jean Marc Bedes, Anne Humbert, Ida Naprouze, Marc Perez

En images
Image 1/6
Précédent
Suivant
Informations images
  • Nombre d’images sélectionnées pour Performance Sources 6
  • Crédits photographes Bernard Bousquet
  • Dates des prises de vues 13/10/2018
Contactez-nous pour accéder à l’ensemble des documents
Captation vidéo
Play
Mute
Play
00:00
05:34
Plein écran
Ce contenu contient des scènes de nudité et est réservé aux personnes majeures.
Informations vidéo
  • Crédits réalisateur·rice Le Générateur
  • Crédits monteur·euse Thibault Paris
  • Date de captation 13/10/2018
Contactez-nous pour accéder à l’ensemble des documents
Découvrir l’artiste
  • Nombre d’œuvres dans le fonds 9
Éléonore Didier est chorégraphe et performeuse. Son travail se situe à la lisière des champs chorégraphiques et plastiques. Elle débute comme chorégraphe et auteure à Lisbonne en 2000 et a été danseuse interprète avec des artistes varié·e·s comme Bob Wilson, Carlota Ikeda, Pierre Droulers. Depuis janvier 2014, s’intéressant particulièrement au pouvoir transformateur de la méditation, Eléonore a fait le vœu de s’occuper à ne rien faire et de travailler à prendre le temps. Elle enseigne également le yoga. Éléonore Didier est en compagnonnage artistique avec le Générateur depuis plusieurs années, elle y a créé avec Lila Derridj Géographies (ou classroom) ainsi que le Bal yogique en réponse à l’invitation d’Alberto Sorbelli à son Bal rêvé. Elle y a représenté plusieurs autres …
Découvrir les artistes invité·e·s
Artistes
Nombre d’œuvres dans le fonds
Les œuvres de Éléonore Didier
Œuvre collective
Mars 2017 – Févr. 2018
La performance dure environ cinquante minutes. Dans la grande salle du Générateur, les spectateur·rice·s s’installent debout le long des murs car nul ne sait encore où la performance va avoir lieu. …
Œuvre collective
Oct. 2016
Chaque artiste propose un numéro d’une quinzaine de minutes, mêlant arts visuels, mais aussi cabaret, théâtre, danse ou chant. Des intermèdes musicaux s’intercalent tous les trois ou quatre numéros. …
Févr. 2016
La performance se déroule dans les murs du Générateur et son accès se fait sur inscription. Éléonore Didier, seule dans la salle, invite un spectateur à s’asseoir sur une chaise. Elle l’invite …
Oct. 2015
Allongée sur un matelas en mousse devant la porte d’entrée, Éléonore Didier oblige les spectateur·rices à l’enjamber dès qu’il·elles veulent entrer dans la salle.